DE L’AUTORITÉ DE JÉSUS A LA MISSION DE L’EGLISE

LE MOT DU PASTEUR - MAI 2019

Jésus s’approcha et leur dit : « tout pouvoir m’a été donné dans les cieux et sur la terre, allez faites de toutes les nations des disciples».
Mathieu 28.18 et 19

Ces paroles de Jésus prononcées sur une montagne en Galilée, après sa résurrection et avant son Ascension nécessitent notre plus haute attention. Non pas seulement en raison de la mission qui a été confiée à l’Eglise de faire des disciples, mais en raison de ce qui fonde même la mission de l’Eglise, l’autorité de Jésus.
Jésus affirme qu’il a reçu toute autorité, tout pouvoir, non seulement sur notre terre mais aussi dans les cieux. Si en tant que Fils de Dieu, Jésus a toujours été détenteur de toute autorité, c’est ici après son abaissement et dans son humanité qu’il a reçu tout pouvoir, toute autorité.
Le Psaume 2.6 parle de cette autorité donnée au Fils :

« C’est moi qui ai établi mon roi sur Sion, ma montagne sainte ! ».

Jésus est Souverain, c’est-à-dire dirige notre monde et les cieux. Nous pouvons dire avec un théologien bien
connu, Emile Brunner : nous avons un Roi. Si la royauté de Jésus peut paraitre difficile à percevoir en raison de l’adversité qu’elle rencontre et des nombreux maux que connait notre terre, elle n’en est pas moins une réalité. Notre foi, doit la percevoir nous dit l’auteur de la lettre aux Hébreux 2.8

« Dieu n’a rien laissé qui échappe à son autorité. Maintenant pourtant, nous ne voyons pas encore que tout lui soit soumis. »

Il nous faut tenir l’affirmation de l’autorité de Jésus et de son règne, que tout lui a été soumis, en raison de sa croix, et ne pas suivre des spéculations théologiques ou philosophiques qui réduiraient, et mettraient en cause cette affirmation du Seigneur lui-même.
Bien sûr, face à des maux si graves, profonds, face aux crimes commis contre les hommes ou les chrétiens au Sri Lanka, face à la violence et à la mort, ou bien à ce qui vient frapper notre humanité comme l’incendie de la cathédrale de Paris, nous posons des questions pourquoi ?
Deux réalités répondent au pourquoi si lancinant. La royauté de Jésus est une royauté de conquête contre des autorités spirituelles qui influencent les hommes et la société, le texte d’Ephésiens 6.12 est clair :

« en effet, ce n’est pas contre l’homme que nous avons à lutter, mais contre les puissances, contre les autorités, contre les souverains de ce monde de ténèbres, contre les esprits du mal dans les lieux célestes »

Ce n’est qu’une fois les ennemis vaincus, que le royaume de Christ sera remis à son Père et que Dieu sera tout en tous.

La seconde réalité, qui nous permet de saisir les drames qui continuent alors que le Seigneur est Souverain, est qu’un sursis est laissé aux hommes afin de se convertir, jusqu’à ce que le nombre des élus soit complet. Apocalypse 6.11 le dit nettement.
Cette souveraineté du Christ, est la raison fondamentale de la mission de l’Eglise, celle de faire des disciples. Pour ce faire, nous avons à nous interroger régulièrement : quels disciples sommes-nous ? Comment contribuer à cette œuvre si nécessaire, par la prière, le témoignage, la mise au contact de la Parole de Dieu.

Après trois ans de formation, Jèsus n’a pas hésité à passer le relais de cette mission, en éveillant les disciples au fait qu’ils devaient compter sur l’œuvre de l’Esprit et la Seigneurie de Christ.

Que notre vie, notre foi, perçoive la manière dont le Seigneur manifeste son autorité, afin de nous y soumettre volontairement.

Antoine Da Silva